À la Une

  1. Notre Dame des Landes : Une votation à Besançon

    NDDL-NON

    Le collectif d’opposant à l’aéroport de Notre Dame des Landes de Besançon manifeste son désaccord avec le choix du gouvernement d’organiser une « consultation » publique par vote qui aura lieu le 26 juin 2016 en Loire-Atlantique sur ce projet d’aéroport d’envergure nationale. …

    Lire la suite

Région

  1. Alstom : EELV opposé à la fermeture du site et pour une autre politique de développement industriel

    Image CC:BY Travelarz (Wiki Commons)

    Par cupidité ou manque de vision, après avoir raté un marché de 44 locomotives de manoeuvre SNCF, Alstom Transport annonce la fermeture de son site de Belfort.

    Ses dirigeants ont préféré sabrer dans le personnel, au prix d’altérer un savoir-faire industriel plus que centenaire, contrairement à d’autres groupes (ex Swatch) qui ont fait le choix inverse, préférant une baisse des marges et des bénéfices des actionnaires plutôt que cette politique désastreuse.

    Plutôt que de miser sur les perspectives d’avenir (futur TGV, possibilité de fabriquer des Régiolis à Belfort,…), Alstom a pris le prétexte des pertes récentes de marchés, provoquées par une mauvaise politique commerciale, pour trancher brutalement et plonger des centaines de familles dans le chaos.

    C’est pourquoi nous demandons:

    Le maintien du site même au prix de la baisse des bénéfices des actionnaires,

    L’étude pour l’ouverture d’autres productions sur Belfort (par exemple Régiolis)

    L’examen par la Région Bourgogne Franche-Comté de la possibilité de confier la maintenance des Régiolis.

    Nous appelons les industriels à porter une nouvelle vision du développement.

  2. Notre Dame des Landes : Une votation à Besançon

    NDDL-NON

    Le collectif d’opposant à l’aéroport de Notre Dame des Landes de Besançon manifeste son désaccord avec le choix du gouvernement d’organiser une « consultation » publique par vote qui aura lieu le 26 juin 2016 en Loire-Atlantique sur ce projet d’aéroport d’envergure nationale.

    Les conditions d’un réel débat démocratique ne sont pas réunies, le périmètre choisi n’englobe même pas les régions Bretagne et Pays de la Loire directement concernées par le financement. La question est biaisée et aucune garantie de traitement équitable des parties n’a été apportée.

    Le collectif se joint à la Coordination nationale des opposants qui dénonce cette mascarade mais néanmoins appelle les citoyens de Loire Atlantique à voter NON pour ne pas laisser le champ libre aux porteurs du projet. Le résultat de cette pseudo-consultation ne saurait justifier ce projet illégal contre lequel l’Union Européenne a engagé un contentieux.

    L’optimisation de l’aéroport de Nantes Atlantique demeure la solution la moins onéreuse et la moins dommageable (comme l’a reconnu le ministère de l’environnement).

    En signe de protestation, le collectif organisera « un scrutin railleur » la veille de la consultation officielle et appelle les Bisontin(e)s à venir voter NON à l’aéroport de Notre Dame des Landes

    Le samedi 25 juin 2016 à 15h30 Place du 8 septembre à Besançon.

    Les personnes qui le souhaitent peuvent aussi voter sur le site : http://nddl.votationcitoyenne.fr/ .

    Les organisations qui soutiennent : Confédération paysanne, EELV Franche-Comté, PG, Union syndicale Solidaire 25, Collectif Franche-Comté sans OGM, NPA, Ensemble …

    Le tract correspondant

Vie des groupes locaux

  1. Alstom : EELV opposé à la fermeture du site et pour une autre politique de développement industriel

    Image CC:BY Travelarz (Wiki Commons)

    Par cupidité ou manque de vision, après avoir raté un marché de 44 locomotives de manoeuvre SNCF, Alstom Transport annonce la fermeture de son site de Belfort.

    Ses dirigeants ont préféré sabrer dans le personnel, au prix d’altérer un savoir-faire industriel plus que centenaire, contrairement à d’autres groupes (ex Swatch) qui ont fait le choix inverse, préférant une baisse des marges et des bénéfices des actionnaires plutôt que cette politique désastreuse.

    Plutôt que de miser sur les perspectives d’avenir (futur TGV, possibilité de fabriquer des Régiolis à Belfort,…), Alstom a pris le prétexte des pertes récentes de marchés, provoquées par une mauvaise politique commerciale, pour trancher brutalement et plonger des centaines de familles dans le chaos.

    C’est pourquoi nous demandons:

    Le maintien du site même au prix de la baisse des bénéfices des actionnaires,

    L’étude pour l’ouverture d’autres productions sur Belfort (par exemple Régiolis)

    L’examen par la Région Bourgogne Franche-Comté de la possibilité de confier la maintenance des Régiolis.

    Nous appelons les industriels à porter une nouvelle vision du développement.

  2. Simples et efficaces les territoires vus par l’Etat ? EELV – Besançon interroge !

     

    Quand Estelle Grenier, Secrétaire d’État aux collectivités territoriales signe l’arrêté de création du pôle métropolitain deBelfort-Héricourt-Montbéliard et anime une réunion de travail sur la réorganisation des services dans la nouvelle grande région, EELV – Besançon s’interroge sur la politique de simplification et d’efficacité des territoires tant invoquée.

     

    Quoiqu’en dise la secrétaire d’Etat, le pôle métropolitain de Belfort-Héricourt-Montbéliard constitue bien une couche supplémentaire au mille-feuilles administratif. En effet les compétences qui semblent justifier la création de ce pôle sont déjà du ressort des agglomérations. Cela laisse donc penser que la compétition des territoires nuit au « travailler- ensemble » ; plutôt que de créer des synergies entre les agglomérations la solution trouvée est de crée une nouvelle instance. Adieu la simplification !

     

    Par ailleurs, EELV – Besançon attend avec impatience de découvrir comment les annonces et promesses d’équilibre territorial vont se réaliser suite à l’arbitrage de la secrétaire d’état quant à la répartition des directions de l’Etat dans les villes. En particulier comment seront traitées les fonctions urbaines de Besançon ? Les écologistes rappellent que le tissu économique et social de Besançon a permis jusque-là de résister à la montée du chômage. Il ne faudrait pas que sous couvert d’aménagement recentralisé sur Dijon les décisions prises par l’Etat déstructurent le travail de fond mené par les élus locaux !

     

    EELV – Besançon s’interroge sur la finalité, la cohérence de ces démarches et la place de la démocratie dans tous ces territoires. Entre l’attribution du statut de Métropole à Dijon, la création de pôles métropolitains sans véritable stratégie ni calendrier d’ensemble, l’éventuelle remise en cause de la répartition des directions de services, on peut légitimement craindre une désorganisation  et non un aménagement apaisé des territoires.

     

    Lire la suite
  3. NON A L’EXTENSION DE LA CARRIERE DE LEPUIX

    Europe Ecologie Les Vert 90 soutient l’association France Nature Environnement 90 qui s’oppose à l’extension de la carrière de Lepuix au pied du Ballon d’Alsace.

    En effet depuis des années cette carrière pollue : l’air par les poussières qu’elle génère et la circulation des poids lourds qu’elle occasionne ; l’eau par les rejets douteux et réguliers dans la Savoureuse ; le paysage par cet énorme trou dans la montagne. De plus pour étendre la carrière il faudrait couper les arbres d’une forêt remarquable et protégée se trouvant en zone natura 2000. Pour finir il n’y a pas de besoin impérieux de ballast pour la région car il y a suffisamment  d’autres carrières en Franche Comté.

    Etendre la carrière et la pollution qui va avec est en complète contradiction avec le projet de développement d’un tourisme responsable autour du Ballon d’Alsace et notamment la demande pour qu’il soit classé grand site national de France. Les conséquences de cette extension affecteraient tout le département et il est surprenant que l’on ne demande que l’avis de la commune de Lepuix.

    Pour toutes ces raisons, nous demandons aux autorités préfectorales de ne pas donner leur accord pour étendre la carrière de Lepuix.

    Vincent JEUDY secrétaire EELV90

    Lire la suite

Vos élus

  1. Simples et efficaces les territoires vus par l’Etat ? EELV – Besançon interroge !

     

    Quand Estelle Grenier, Secrétaire d’État aux collectivités territoriales signe l’arrêté de création du pôle métropolitain deBelfort-Héricourt-Montbéliard et anime une réunion de travail sur la réorganisation des services dans la nouvelle grande région, EELV – Besançon s’interroge sur la politique de simplification et d’efficacité des territoires tant invoquée.

     

    Quoiqu’en dise la secrétaire d’Etat, le pôle métropolitain de Belfort-Héricourt-Montbéliard constitue bien une couche supplémentaire au mille-feuilles administratif. En effet les compétences qui semblent justifier la création de ce pôle sont déjà du ressort des agglomérations. Cela laisse donc penser que la compétition des territoires nuit au « travailler- ensemble » ; plutôt que de créer des synergies entre les agglomérations la solution trouvée est de crée une nouvelle instance. Adieu la simplification !

     

    Par ailleurs, EELV – Besançon attend avec impatience de découvrir comment les annonces et promesses d’équilibre territorial vont se réaliser suite à l’arbitrage de la secrétaire d’état quant à la répartition des directions de l’Etat dans les villes. En particulier comment seront traitées les fonctions urbaines de Besançon ? Les écologistes rappellent que le tissu économique et social de Besançon a permis jusque-là de résister à la montée du chômage. Il ne faudrait pas que sous couvert d’aménagement recentralisé sur Dijon les décisions prises par l’Etat déstructurent le travail de fond mené par les élus locaux !

     

    EELV – Besançon s’interroge sur la finalité, la cohérence de ces démarches et la place de la démocratie dans tous ces territoires. Entre l’attribution du statut de Métropole à Dijon, la création de pôles métropolitains sans véritable stratégie ni calendrier d’ensemble, l’éventuelle remise en cause de la répartition des directions de services, on peut légitimement craindre une désorganisation  et non un aménagement apaisé des territoires.

     

    Lire la suite
  2. Réaction du groupe EELV à la motion déposée par le groupe FN

    Réaction du groupe EELV à la motion déposée par le groupe FN:
    « Pour renoncer à accueillir des cirques détenant des animaux sauvages
    sur le territoire communal de Besançon. »

    Le respect du vivant dont la cause animale sont des préoccupations fondatrices du mouvement écologiste dès son origine voici plus de 40 ans.

    La motion qui est proposée aujourd’hui vise étrangement un seul champ d’activités pouvant mettre en cause le respect du vivant. Curieux choix sélectif. N’est-ce pas un manque de sincérité de la démarche quand par ailleurs des villes dirigées par le FN acceptent la maltraitance lors de pratiques taurines en arène ou dans la rue.

    N’oublions pas en outre l’actualité des maltraitances dans les abattoirs qui impose des mesures urgentes et fortes.

    Notre engagement politique écologiste tient à faire changer le statut de l’animal lui-même dans le droit français ou international. C’est le sens de l’action des parlementaires écologistes.

    On salue d’ailleurs les dernières avancées dans ce sens, mais encore insuffisantes.

    Europe Ecologie Les Verts s’abstiendra donc face à une motion dont les objectifs montrent une volonté de s’attacher plus à une activité, le cirque, qu’à la cause animale elle-même, dans toutes ses facettes.

    Lire la suite
  3. Intervention d’Anne Vignot lors du vote du budget primitif le 4 avril 2016

    Nous voici face au deuxième budget à travers lequel nous soulignons la difficulté à équilibrer ce budget, notamment du fait de la baisse de dotation pour mener à bien les services publics de la commune.

    Nous attendions de la part du gouvernement qu’il accorde plus de flexibilité aux collectivités quant à la participation àla dette de l’Etat. Plus de temps, moins d’amplitude aux coupes budgétaires des collectivités.

    Dès ce nouveau mandat, l’équipe municipale a mis en oeuvre des chantiers structurels pour explorer toutes les pistes d’une politique publique plus sobre. Ces chantiers sont encore en cours. Nous remercions dès à présent l’investissement des services dans ce travail de fond. Il n’aboutira que si chacun y apporte sa contribution.

    Pour autant et alors que les besoins de services sont en grande tension face à une dégradation économique et sociale depuis longtemps inégalée, nous devons garantir, nous, un budget équilibré tout en restant au plus près des besoins des bisontins et à la préparation de l’avenir de notre cité.

    D’ailleurs, nous ne pouvons que constater que nous allons vers un changement radical, des attentes de nos concitoyens, et donc des réponses que nous devons ou pourrons apporter. La société s’interroge sur son modèle et les collectivités doivent contribuer à inventer le nouveau bien vivre. A Besançon, les chantiers structurels doivent aussi prendre en considération ces nouvelles orientations auxquelles aspirent nos habitants et les nouveau défis qui sont devant nous.

    Nos budgets vont ainsi transformer les priorités dans nos actions.

    Ce sera fait.

    Dès à présent, dans ce budget 2016, on constate que nous sommes en grande majorité dans des programmes d’actions plutôt de type gestionnaire. En effet, les objectifs d’accès handicap, de transition énergétique, d’entretien des équipement, tout en soutenant l’activité dans le bâtiment et dans les travaux publics sont de l’ordre de la mise aux normes et de l’entretien.

    En ce qui concerne les activités : sociales, culturelles, environnementales et sportives, et l’ensemble des animations portées par le tissu associatif tout ce qui fait la particulière vivacité de la Ville, restent soutenues malgré les contraintes.

    Cette situation de maîtrise du budget ne doit pas nous empêcher, et au vu de l’actualité mondiale de cette nuit avec le scandale Panama Papers, de considérer que l’effort, nous l’attendons essentiellement dans la gestion du monde de la finance qui nous dirige.

    Nous tenons là à remercier le travail mené par nos députés, tant notre député Eric Alauzet, que nos députés européens dont Eva Joly, concernant les moyens mis en oeuvre contre les paradis fiscaux et la dérégulation mondiale et les résultats déjà obtenus.

    Il est urgent que nous nous tournions vers les richesses et les patrimoines démesurés plutôt que de continuer à faire peser sur les actifs le poids des impôts. Il ne faudrait pas que notre collectivité contribue à cette orientation fiscale.

    Il ne faudrait pas que pour trouver les moyens d’assurer des services publics nous créions plus de rupture sociale qu’il n’en est.

    Cela veut dire qu’il faudra que nous opérions des choix de plus en plus difficiles et que pour cela nous devrons tous changer notre culture du service, pour les prioriser et les faire autrement.

    Il faudra que nous allions vers une sobriété heureuse car aucun élu dans cette salle ne peut être ici pour autre chose que de prendre des orientations pour le bien vivre du plus grand nombre au vu des réalités économiques et sociales de ce nouveau siècle.

    Anne Vignot
    Adjointe au Maire
    Transition énergétique, environnement, développement durable et cadre de vie

    Lire la suite

Remonter