Corrida : soutien aux militantes frappées à Rodilhan

Le 8 octobre dernier, des militants anti-corrida ont mené à Rodilhan dans le Gard une action spectaculaire et non-violente lors d’une becerrada, corrida pratiquée par des enfants sur de jeunes animaux.

Exercer la violence sur les animaux entraîne l’habitude de la violence. Certains afficionados présents ce jour-là en ont fait la triste démonstration en tabassant pendant de longues minutes les militants, tout cela sous les yeux du sénateur, du maire local et d’une police étrangement passive. De nombreux militants ont été sérieusement blessés, certains ayant aujourd’hui des arrêts de travail. Parmi la centaine de militants, plusieurs francs-comtoises dont une coopératrice de Europe Écologie les Verts.

Europe Écologie les Verts de Franche-Comté tient à saluer le courage de ces activistes et soutient leur volonté de porter plainte.

La déplorable inscription de la corrida au patrimoine immatériel de la France en avril dernier n’a pu que renforcer le sentiment d’impunité des partisans de la corrida alors que la majorité des Français souhaite son abolition. Eva Joly avait souligné à l’époque l’absurdité de cette notion : « La question principale est donc de savoir si un spectacle dans lequel la violence sur un être vivant constitue l’aspect essentiel est un bien culturel à préserver et à transmettre… » (communiqué de presse du 28 mai).

Le projet EELV pour la présidentielle 2012 prévoit d’ailleurs une loi « Droits et Protection des Animaux », qui en particulier édictera le nouveau statut juridique de l’animal et permettra de passer de la notion du « bien meuble » à celle d’être vivant et  sensible,  ayant légitimement droit au respect. Les violences intolérables de Rodilhan démontrent une nouvelle fois l’urgence qu’il y a à lutter contre toute forme de violence.

 

 

Photo du CRAC

 

6 commentaires pour “Corrida : soutien aux militantes frappées à Rodilhan”

  1. Je souligne également le courage de ces valeureux militants livrés à la vindicte populaire dont notre blog de sait l’écho jour après jour. Mais pourrais-je savoir si soutenir les plaintes signifie se porter partie civile ce qui serait une action bien plus sûre que des mots ? Madame Eva Joly avait aussi dit « la corrida est une culture, je n’envisage pas de loi mais un concertation ».
    Quelle concertation avec des sauvages ? Sans loi cette association de malfaiteurs continuera sur le chemin de la violence. J’attends toujours un positionnement clair de Madame Joly?
    Les taureaux peuvent-ils compter sur elle en 2012 pour abolir la corrida sur notre territoire ? Merci de votre attention et bien cordialement,
    rédactrice blog Unanimus et membre du Crac Europe

  2. bonjour,

    je suis bien contente de lire que vous allez demander une loi de protection des animaux !
    ne pouvez-vous lancer une pétiton dans ce sens sur Mes Opinions.com ou la Pétition BE ?

    c’est le grand moment de questionner les politiques, et de les obliger à s’engager pour la défense des animaux !
    la façon dont ils sont traités est intolérable, autant au niveau des élevages, des transports, des abattoirs, du trafic par les petites annonces !
    merci de ce que vous pouvez faire ! personnellement je vais écrire aux députés à l’Assemblée Nationale

    Cordialement

  3. […] http://franchecomte.eelv.fr/2011/10/13/corrida-soutien-aux-militantes-frappees-a-rodilhan/ […]

  4. De droite comme de gauche, il est affligeant de voir la complicité de nos élites politiques sur ce sujet.

    Elles veulent nous faire croire que la question n’est pas importante mais dans le même temps dans les coulisses, elles organisent l’implantation de ce spectacle et son inscription au patrimoine !

    Il serait temps que Madame Joly se positionne clairement. La torture tauromachique est une ignominie. Les torturomaniaques pleurent leurs morts avec des larmes de crocodiles (« pardon les crocodiles »…) ! Qui pousse des hommes, des enfants à combattre dans l’arène contre de pauvres animaux pour se divertir et ramasser de l’argent?
    Certainement pas les militants courageux qui s’enchaînent au milieu de ce piège infernal pour crier « Assez ! » à la violence, celle-ci qui appelle le sang, la souffrance et les idées malsaines. Déjà des années que nous dénonçons ces cruautés et leur impact néfaste, et voici que l’on voit fleurir de douteux spectacles de gladiateurs, du théâtre aujourd’hui, mais demain… « on achève bien les chevaux ? », (voyez le plaisir avec lequel le public de l’arène à regardé les militants pacifiques se faire brutaliser) des combats de catch sans règle et même avec des enfants comme en Angleterre, car la contagion du spectacle de la violence ne connait pas les frontières !
    Comment une culture pourrait-elle abriter un tel mensonge sans se déshonorer ? Un pays évolué est un pays qui se dote d’une protection animale sérieuse et fière de participer à la lutte contre la loi du plus fort.

  5. Bonjour,

    @Unanimat : Pour la question de se porter partie civile, c’est aux militantes frappées de nous dire si elles le souhaitent ou pas, mais nous allons effectivement leur poser la question. Merci de la suggestion.
    Effectivement, Eva Joly est dans une logique de concertation. On a pu voir malheureusement que lorsque des lois sont imposées sans concertation, la tentation demeure et lorsqu’il y a alternance politique, il y a de grands risques que les lois soient immédiatement remises en question. Nous ne doutons pas qu’un grand débat national aboutira à l’interdiction au moins des mises à mort..

    @Claire Bauzet : les pétitions sont plus du ressort des associations, les partis politiques venant en soutien de ces initiatives. Finalement, les pétitions des partis politiques ce sont les élections. Notre proposition d’une loi sur le statut de l’animal sera évoquée lors du grand débat politique des campagnes présidentielle et législatives, en espérant qu’elle ne soit pas noyée dans les sujets que UMP et PS voudront imposer.

    @Françoise Lippmann : nous sommes d’accord. Nous rappelons que Eva Joly a signé le manifeste du CRAC Europe comme tous les parlementaires d’Europe Écologie les Verts ( http://www.anticorrida.com/IMG/pdf/Manifeste_02-10-11_1_.pdf )
    Elle reviendra pendant la campagne sur cette question de la corrida.

  6. Nous vous remercions de votre intérêt et de vos sollicitations. Si vous souhaitez en savoir plus sur la position du mouvement, nous vous invitons à aller vous plonger sur les documents de travail collaboratifs de préparation du projet 2012 (vous pouvez encore participer d’ailleurs) :

    http://www.eelv.fr/fileadmin/dam/national/images/GP2012_bilan_etape_2.pdf

    Dans ce document qui est une synthèse de tous les groupes de travail (une synthèse plus récente va être diffusée tout prochainement), vous pouvez notamment consulter toute la première partie du premier chantier sur la biodiversité et notamment page 17 :

    – une loi sur la Protection de l’Animal ou « Droits et Protection des Animaux ». Définir et édicter le nouveau statut de l’animal, ses droits ainsi que les moyens pour les faire respecter
    – Sortir des dispositions du Code rural et dépasser l’insuffisante Directive européenne sur le bien-être animal. Passer de la notion du « bien meuble » à l’être vivant, sensible, ayant des exigences.
    – S’armer règlementairement pour lutter contre le trafic d’animaux (3è trafic illégal, derrière celui des armes et de la drogue)
    – Engager des accords internationaux (Belgique, Espagne sont des plaques tournantes du trafic..)

    Dans le dernier document synthétique de 8 pages, l’exigence du statut de l’animal est à nouveau clairement rappelé :
    http://www.eelv.fr/fileadmin/dam/Ressources_elus_paca/photos_elus_paca/Projet2012_8pages_OK_BD.pdf

Remonter