Tour de France : les bulldozers déjà en action

Le tour de France cycliste 2012 va faire étape dans notre belle région, notamment à la-Planche-des-Belles-Filles. Dès l’annonce de cet événement, les bulldozers sont entrés en action et ont commencé à massacrer un site exceptionnel, fréquenté par des milliers de personnes à l’année.

Il est scandaleux et inadmissible que ces « aménagements » aient été décidés sans information préalable, sans concertation, sans étude de l’impact généré sur ces milieux sensibles de moyenne montagne. La plus grande fête du cyclisme national, qui est certes un bel événement, ne justifie pas tout. En tout état de cause, nous demandons l’organisation d’urgence d’une réunion entre les organisateurs, les différents partenaires utilisateurs des lieux, et les associations de protection des milieux, afin d’évaluer les impacts et de trouver des solutions permettant de les minimiser.

Il est impératif qu’une partie du budget prévu pour ces aménagements soit réservée pour la restauration des lieux après le passage de la caravane du tour.

 

Pour le groupe Belfortain Europe Ecologie-les Verts,
Eva Pedrocchi et Jean Siron, porte-paroles

4 commentaires pour “Tour de France : les bulldozers déjà en action”

  1. On ne peut qu’approuver cette réaction au massacre qui est e train de se faire en ce moment à la Haute Planche mais par pitié supprimez le dernier paragraphe où vous demandez une remise en état des lieux car il sous-entend que vous ne mesurez pas l’ampleur du désastre. La Haute Planche est massacrée c’est irréversible à long terme, il faut :
    1. Faire cesser les travaux le plus vite possible. Ils sont forcément illégaux (aucune étude d’impact, aucun marché, etc…)
    2. Trouver les coupables et les complices de ce désastre
    3. Faire tout pour que ce genre de chose ne se reproduise pas ailleurs

    Amitiés

  2. Bonjour,

    Décidément, je vais de désillusion en désillusion ces jours-ci… C’est tout ce que vous trouvez à dire sur la dégradation irréversible d’hectares de chaumes, une des richesses du massif vosgien ? J’ai interpellé dès vendredi Madame Durand-Migeon, et nous nous sommes rencontrés dès samedi matin. Depuis, plus rien, sinon ce communiqué laconique. Êtes vous Verts, ou roses à la botte du Président du CG 70 ?
    A qui faut-il donc s’adresser pour faire éclater le scandale ? En tout cas, je l’ai compris, pas aux Verts qui semblent succomber aux charmes des sirènes du Tour de France et de son barnum mercantile…

    Marc Brunet

  3. Bonsoir,

    @Thierry : malheureusement, les travaux ont déjà commencé. C’est pour cela que nous avons demandé qu’une partie soit alloué à la remise en état qui sera d’ores et déjà inéluctable.

    @Marc Brunet : l’actualité est rapide et nous prend parfois de court. Ce premier communiqué a été une réaction en urgence mais vous vous doutez bien que nous n’en resterons pas là. Michèle Durand-Migeon est bien entendu sur le dossier et interviendra. Notre action ne se limite pas à des communiqués, les élus travaillent également sur le terrain.

  4. Les choses commencent à se décanter.
    Informés en fin de matinée par Michèle Durand-Migeon de la tenue d’une réunion de travail sur place en début d’après-midi, Marie-Do et moi avons été sur le site au titre des « Indignés de la Planche ».
    Nous avons pu discuter avec le Directeur de cabinet de M. Krattinger qui dit comprendre notre émotion par rapport au secret dans lequel ont débuté les travaux. C’est bien le moins! Il a annoncé une réunion avec les élus du coin (enfin !), et nous a promis de nous faire parvenir ensuite le projet pour lequel il nous a donné les assurances suivantes: les gros travaux de terrassement seraient destinés à des plate-formes engazonnées, sans apport de matériau extérieur, « seulement » 800m de nouvelle route (environ 1/2ha, ce qui n’est quand même pas rien) seraient asphaltés, les interlocuteurs locaux seront consultés pour la suite.
    Nous prenons acte de cette volonté de calmer le jeu (d’ouverture ?) et restons très vigilants. Il n’est pas question de nous laisser bercer de promesses.
    Prochaine étape: prise de parole lors du Conseil Communautaire de la Communauté de Communes Rahin Chérimont demain soir.

Remonter