Réchauffement climatique, sécheresse, patinoires, palais des glaces : un non-sens !

La Bourgogne-Franche-Comté est l’une des régions les plus touchées actuellement par la sécheresse. Des situations de crise et des arrêtés  sécheresse « crise » sont en cours dans le Doubs, le Jura, la Haute-Saône, le Territoire de Belfort, la Nièvre et l’Yonne. Ces situations de « crise » nécessitent l’arrêt des prélèvements d’eau non prioritaires. L’eau manque, la vie de nombreux habitants en est modifiée. La ressource en eau doit être protégée, économisée.

Par ailleurs, le rapport du GIEC l’a rappelé « le monde devra engager des transformations « rapides » et « sans précédent » » pour pouvoir limiter le réchauffement climatique.

Bref « Il est encore temps » mais le temps nous est compté.  Toutes les collectivités territoriales devraient penser et mener des politiques qui soient une réponse à ces urgences, or ce n’est malheureusement pas le cas.

A l’occasion des fêtes de Noel de 2018, EELV Bourgogne-Franche-Comté constate que des patinoires sont installées dans les communes d’Arc-et-Senans, Belfort, Chalons-sur Saône,  Cluny, Dijon, Macon, Montbéliard*, Lons-le- Saunier, Pontarlier, Sens ; à Besançon ce sera un palais des glaces.  Ces installations, grandes consommatrices d’eau et d’énergie, en ces temps de changement climatique et de sécheresse sont-elles nécessaires ? La réponse est NON évidemment ! Ces choix sont consternants et incohérents.

Cette aberration est malheureusement symptomatique de l’écart qui existe entre les discours et les actes. Si tout le monde s’accorde sur les constats, au moment où il faut agir trop de mains tremblent encore.

Nous ne pouvons pas d’un côté alerter sans cesse les citoyens sur la gravité des changements climatiques et leur demander de réduire leur consommation d’eau, et de l’autre proposer des divertissements, des activités ludiques qui sont des gouffres énergétiques et grands consommateurs d’eau. Ces installations, même temporaire, ont un impact négatif sur nos conditions de vie dans les années à venir !

Pour celles et ceux qui trouveront dommage que les enfants n’aient plus de quoi s’amuser au marché de Noël, EELV rappelle que des alternatives existent pour animer ces marchés, que le temps de la responsabilité est venu et avec lui celui des actes cohérents dont le premier serait l’abandon de ces projets d’animation incompatibles avec les enjeux climatiques actuels.

 

*reconnaissons à Montbéliard d’avoir fait l’effort d’utiliser l’eau de la piscine d’été.

Laissez un commentaire

Remonter