CP GLGB – Le programme de Jacques Grosperrin et de la droite : un programme tape-à-l’oeil, dépensier et amateur

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le programme de Jacques Grosperrin et de la droite : un programme tape-à-l’oeil, dépensier et amateur

EELV a pris connaissance du programme de Jacques Grosperrin et nous ne pouvons pas rester de marbre devant tant d’approximation et de mauvaise foi.

– Ce programme est simpliste et tape-à-l’œil. Les slogans utilisés sont creux et ne sont là que pour critiquer la gestion actuelle : « à bout de souffle », « pour changer d’ère, changer de maire »… Si les slogans sont là pour donner le ton de la campagne cela n’annonce rien de très intéressant. Les emphases sur un plan Marshall relèvent de la tarte à la crème que l’on ressert à présent sur tous les sujets. La métaphore sur le triangle d’or (Vauban, Courbet, Ledoux) a déjà été utilisée bien avant lui. L’expérimentation des écoles numériques est présentée comme une innovation alors qu’elle est déjà mise en oeuvre à Besançon.

– Ce programme est dépensier avec des dizaines de millions lancées par ci, par-là, qui plus est en faisant appel au partenariat public privé (PPP) dont les collectivités découvrent les dégâts souvent après plusieurs années. On vient encore de l’observer avec la société Ecomouv pour la mise en place de l’ecotaxe. Le PPP constitue en réalité une fuite en avant face à des projets le plus souvent trop coûteux pour la collectivité, qui trouve là le moyen de reporter à plus tard leur financement qu’elle n’a pas les moyens d’assurer.

– Un programme amateur en convoquant les financements aléatoires du Conseil général, de la Région ou de l’Etat pour des projets pharaoniques alors que toutes les collectivités devront réaliser des économies. Amateur encore, en imaginant possible d’installer des mobil-homes au pied de la Citadelle. Amateur aussi le recours à de nombreuses approximations financières de Philippe Gonon durant le mandat écoulé, comme ses allégations sur le coût du tram systématiquement démontées par le premier vice-président de l’Agglomération.

– Enfin, EELV est forcé de constater qu’en plus d’avoir oublié la parité homme-femme, d’annoncer un cumul des fonctions (maire, président d’Agglo, adjoint à la sécurité, adjoint à l’université) contraire à l’engagement qu’il voulait faire signer à l’ensemble des têtes de liste, le candidat UMP a totalement oublié l’environnement dans la répartition de ses délégations. La ville qu’il nous propose est une ville sans eau, sans lumière, sans parcs et jardins, sans forêt, sans bâtiments municipaux, bref, hors sol. Cela est finalement révélateur de l’intérêt qu’il porte à l’écologie.

Cécile PRUDHOMME
Michel BOUTANQUOI
cosecrétaires du groupe bisontin EELV