CP EELV Pays de Montbéliard : Très mauvaise nouvelle, Fessenheim fonctionnera encore 3 ans

Au-delà du très mauvais signe donné par la ministre de l’Environnement à 3 mois de l’ouverture de la Conférence mondiale sur le climat (COP 21) à Paris, les habitants de l’Aire urbaine doivent être inquiets de savoir que la fermeture de la plus vieille centrale nucléaire de France est encore reportée.

La ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, vient d’annoncer le report de la fermeture de la centrale de Fessenheim en 2018 sous le prétexte du nouveau retard prévu pour le démarrage de l’EPR de Flamanville (*). Les écologistes de l’Aire urbaine sont en colère.

C’est d’abord le renoncement de la promesse de François Hollande de fermer la centrale de Fessenheim avant 2017. C’est un très mauvais signe à 3 mois de l’ouverture de la Conférence mondiale sur le climat qui s’ouvrira à Paris fin novembre.

C’est aussi pour tous les habitants de l’Aire urbaine une épée de Damoclès qui se rapproche de leurs têtes. Rappelons qu’en cas d’accident nucléaire majeur, l’Aire urbaine située à 70 km de Fessenheim serait gravement touchée et devrait très probablement être évacuée. Les incidents à répétitions qui ont provoqué plusieurs arrêts d’urgence de la centrale cette année ne sont là pour les rassurer.

Rappelons que l’énergie nucléaire est une énergie dépassée, l’avenir, qui est d’ailleurs inscrit dans la loi sur la transition énergétique adoptée cette année par le Parlement, passe par les économies d’énergie et les énergies renouvelables. En persistant à vouloir continuer dans la voie du nucléaire, la France prend du retard sur ses voisins comme l’Allemagne.

(*) Initialement prévue pour démarrer en 2012 avec un coût de 3,5 milliards d’euros, l’EPR de Flamanville ne démarrera pas avant 2018 pour un coût d’au moins 10,5 milliards d’euros !

Bernard Lachambre, porte parole EELV Pays de Montbéliard