Non à l’abattage des vaches de Saint-Vit

EELV Franche-Comté est consternée d’apprendre que c’est l’option de l’abattage pour la viande de la majorité des vaches et de leurs veaux qui a été retenue, concernant l’affaire des animaux maltraités de Saint-Vit (25). Les animaux restant seront euthanasiées sur place. Seule une minorité des animaux sera sauvée.

Il s’agit ici d’êtres vivants et sensibles, et non de légumes, ni de fruits, ni d’objets, ni d’un minerai de matière première.

Chercher leur valorisation financière par la filière viande à ce stade est surprenant : on nous parle d’animaux sans suivi sanitaire depuis 2013. Cette solution ne respecte ni les éleveurs consciencieux, ni les consommateurs, ni les associations et bénévoles qui se sont mobilisés pour améliorer le sort de ces bêtes.

Plusieurs de ces associations (Fondation Brigitte Bardot, Humanimo entre autres) ont mis en place des solutions de placement réelles, solides et sûres d’un point de vue sanitaire grâce à un élan de solidarité ; et ce pour le troupeau dans son intégralité.

Les efforts de l’administration française (Préfecture – DDCSPP) ainsi que les efforts des services vétérinaires, de la Chambre d’agriculture et des syndicats agricoles doivent se porter sur le bien-être des animaux considérés comme êtres sensibles et non comme problème sanitaire.

EELV demande que toute la lumière soit faite sur cette situation de maltraitance.

Nous demandons à ce que l’auteur de ces actes soit jugé à hauteur de la gravité des faits et du nombre des bêtes concernées.

Nous demandons également que chacun et chacune se mobilise afin d’alerter sur les situations de maltraitance animale afin qu’elles ne puissent plus se reproduire. Pour ce faire, il parait indispensable que toute personne morale ou physique qui a contribué à laisser cette situation s’installer soit interrogée et que toutes les responsabilités soient mises à jour.

Laissez un commentaire

Remonter