1. Site EELV pour les européennes 2019

    Si vous souhaitez recevoir des informations EELV sur les Européennes 2019.

    C’est là https: //www.pourleclimat.eu/

    Bonne lecture 😉

     

  2. Les Vaîtes  : remanier le projet ! Un rappel, un constat, une proposition.

    Les Vaîtes  : remanier le projet ! Un rappel, un constat, une proposition.

     

    EELV rappelle d’abord que le projet disposait initialement d’un nombre d’atouts qui avaient conduit les écologistes à ne pas s’y opposer dès les années 2000 ; il permettait alors :

    – de rééquilibrer l’offre de logement public à l’échelle de la ville ;

    – de limiter l’étalement urbain à l’échelle de l’agglomération et ainsi de préserver des espaces tels que les collines ;

    – d’éviter la création d’une pénétrante routière de grande ampleur (deux fois deux voies) – ce qui a été le cas ;

    – de proposer de nouvelles formes d' »habiter » ;

    – de mettre en place une politique cohérente d’aménagement, alliant transition énergétique et écologique par la qualité des logements et la réalisation, entre autres, d’un réseau de chaleur ;

    – de normaliser la fonction de jardins durables et de renforcer l’interface ville – nature.

    EELV fait ensuite le constat que la conduite du projet a présenté de profondes évolutions qui remettent en cause son bien-fondé :

    – abandons successifs de plusieurs points forts du projet, tel que les solutions thermiques renouvelables collectives (bois, géothermie…); les constructions passives

    – absence de véritable association des habitants : il n’est pas normal, pour ne prendre que la situation de ces dernières semaines que les pelleteuses débarquent sans prévenir après avoir annoncé l’arrêt des travaux ; 

    – empressement à débuter les travaux et à reprendre le chantier sans dialogue.

    – qu’il a été décidé de commencer par les zones qu’il convient sans doute de préserver au prétexte, réel, que des contentieux ne sont pas achevés pour la zone dont l’urbanisation est aujourd’hui cohérente : la partie la plus proche du tram ;

    – que les corridors écologiques (bosquets, écoulements) existants et le respect du système hydrographique n’ont pas suffisamment été intégrés à l’aménagement et ce malgré les alertes.

    En conséquence EELV propose de faire autrement, en tenant compte des nouveaux éléments que sont la diminution manifeste des prévisions démographiques par rapport à celles du début des années 2000, d’une part, et le choix de permettre la production maraîchère familiale d’autre part. En outre, nous venons d’apprendre la fin de la défiscalisation pour les constructions nouvelles à Besançon (Pinel B2) qui va bouleverser la dynamique immobilière.

    Ainsi EELV souhaite que le projet soit maintenu dans son principe de proposer d’habiter autrement à Besançon (écoquartier), mais remanié en fonction de ces nouveaux éléments. Dans l’urgence EELV demande que les travaux soient suspendus en attendant les conclusions d’un audit qu’il convient de conduire dans les meilleurs délais.

  3. L’agri-bashing : une mauvaise blague, changeons d’agriculture pour sauver les paysans , l’environnement et la santé !

    EELV s’inquiète de la campagne dite de «  réhabilitation » de l’agriculture et de ses agriculteurs, « stop à l’agri-bashing », initiée par la Région Bourgogne Franche-Comté et sa Présidente Marie-Guite Dufay. Outre que cette initiative n’est qu’un relais de la propagande de l’agrobusiness, accuser les consommateurs, les écologistes et tou.te.s celles et ceux qui aspirent à manger mieux, de la souffrance des agriculteurs, est dangereux. Contrairement aux caricatures décrites dans la tribune de la Présidente de Région, l’effondrement du monde agricole est le résultat d’un modèle agricole à bout de souffle.

    Il n’y a pas « d’agri- bashing » mais une remise en cause d’une agriculture industrielle et intensive qui ne rémunère plus les paysans, détruit le tissu social, l’environnement et la santé.
    Avec cette campagne qui organise la division entre consommateurs et producteurs, la Région fait un choix politique : celui de préserver un modèle obsolète au détriment de la transition écologique de l’agriculture et du développement d’une alimentation saine.

    Cette approche conforte « le droit de polluer » avec des conséquences inacceptables : lots contaminés de soja OGM venant d’Argentine détectés par la répression des fraudes dans les stocks de semences de Dijon Céréales, projet de poulailler industriel à Flangebouche et des des députés LREM et LR qui repoussent en 2025 l’interdiction de produire et de vendre des pesticides, contenant des substances interdites en Europe.

    Il est temps de renouer la confiance et de redonner de l’espoir au monde agricole comme aux consommateurs. EELV demande donc à la Région de mettre tous les moyens nécessaires, et pas quelques euros, pour accompagner dignement les paysans vers des pratiques agricoles soucieuses de la biodiversité, de la préservation des terroirs,  plus rémunératrices pour les agriculteurs et meilleures pour la santé des citoyens et des agriculteurs eux-mêmes.

    Cécile Prudhomme et Philippe Chatelain, co-secrétaires régionaux EELV FC

    Claire Mallard et Nathalie Charvy, co-secrétaire et porte-parole régional EELV BO

  4. Lettre au prefet pour dire non au projet de poullailler industriel à Flangebouche

    Monsieur le Préfet,

    Le 24 février, nous étions 80 rassemblés à Flangebouche à l’appel d’EELV : habitants, associations, syndicats… Rassemblés pour dire non au projet de poulailler industriel qui révolte bien au-delà du village.

    80 c’est inédit pour un petit village du Haut-Doubs et Flangebouche n’a certainement jamais connu pareille effervescence. La majorité des gens présents étaient des habitants de la commune ou des villages environnants ; beaucoup ont tenu à prendre la parole pour exprimer leur incompréhension, leur colère, leur désarroi face à ce projet destructeur. Destructeur pour leur environnement, leur cadre de vie, leur santé, et le bien-être animal auquel beaucoup semblaient particulièrement attachés.

    EELV rappelle que l’agriculture n’est pas un secteur d’activité comme les autres compte tenu de son impact sur les écosystèmes indispensables à notre survie.

    La vision prédatrice  de l’agriculture héritée d’une époque, l’après-guerre , ou le seul impératif était d’exploiter la nature  pour produire massivement quelles qu’en soient les conséquences  continue à  vouloir s’imposer comme modèle dans le monde agricole au détriment de l’agriculture paysanne . Les effets en sont connus, appauvrissement des sols, pollution de la ressource en eau , maladies professionnelles , dissémination de substances cancérogènes, guerre économique sans fin entre pays et territoires . Cette destruction programmée des équilibres naturels  profite avant tout à l’agro-chimie et l’agro-alimentaire.

    Le temps est venu de se réapproprier une activité dont nous pouvons être fiers : pérenne, économiquement viable, humainement vivable. Chacun a droit à une alimentation saine car la santé passe d’abord par notre assiette.

    Un grand mouvement se développe actuellement pour plus de qualité alimentaire et environnementale et plus de considération pour la condition animale.

    Ce projet d’implantation d’une « usine à poulets » en plein territoire AOP Comté, à Flangebouche, démontre l’incohérence dans laquelle notre société se trouve, au regard de l’urgence de transformer le modèle économique qui étrangle les agriculteurs ainsi que de  l’urgence écologique et sociale.

    Cette ferme-usine mettrait en rotation 33 000 poulets à « croissance rapide », entassés dans 1500 m2 – c’est-à-dire 230 000 par an qui partiraient à l’abattoir. Il faut savoir en outre, que les agriculteurs qui acceptent un contrat intégré comme celui qui prévaut dans  ce dossier, sont engagés dans des emprunts très contraints et le risque financier n’est porté que par eux.

    En outre, ce projet introduirait un poulailler en concurrence avec ceux  des fermiers en circuit de proximité du secteur.

    EELV invite M. le Préfet à prendre en considération l’intérêt des consommateurs et des générations futures pour promouvoir non pas ce projet industriel mais une agriculture durable et de qualité  à laquelle nous avons tous droit.

    Cécile Prudhomme et Philippe Chatelain

    Co secrétaires régionaux EELV FC

  5. La génération climat à l’assaut de l’Europe. Rencontre avec Marie Toussaint

    This gallery contains 1 photo.

    Marie Toussaint le 9 mars 2019 à la salle polyvalente de la MJC de Palente à 10 h 30.
    Marie Toussaint est candidate en 4ème position sur la liste EELV des européennes.
    Pour vous donner l’eau à la bouche lisez ces articles:
  6. Réchauffement climatique, sécheresse, patinoires, palais des glaces : un non-sens !

    La Bourgogne-Franche-Comté est l’une des régions les plus touchées actuellement par la sécheresse. Des situations de crise et des arrêtés  sécheresse « crise » sont en cours dans le Doubs, le Jura, la Haute-Saône, le Territoire de Belfort, la Nièvre et l’Yonne. Ces situations de « crise » nécessitent l’arrêt des prélèvements d’eau non prioritaires. L’eau manque, la vie de nombreux habitants en est modifiée. La ressource en eau doit être protégée, économisée.

    Par ailleurs, le rapport du GIEC l’a rappelé « le monde devra engager des transformations « rapides » et « sans précédent » » pour pouvoir limiter le réchauffement climatique.

    Bref « Il est encore temps » mais le temps nous est compté.  Toutes les collectivités territoriales devraient penser et mener des politiques qui soient une réponse à ces urgences, or ce n’est malheureusement pas le cas.

    A l’occasion des fêtes de Noel de 2018, EELV Bourgogne-Franche-Comté constate que des patinoires sont installées dans les communes d’Arc-et-Senans, Belfort, Chalons-sur Saône,  Cluny, Dijon, Macon, Montbéliard*, Lons-le- Saunier, Pontarlier, Sens ; à Besançon ce sera un palais des glaces.  Ces installations, grandes consommatrices d’eau et d’énergie, en ces temps de changement climatique et de sécheresse sont-elles nécessaires ? La réponse est NON évidemment ! Ces choix sont consternants et incohérents.

    Cette aberration est malheureusement symptomatique de l’écart qui existe entre les discours et les actes. Si tout le monde s’accorde sur les constats, au moment où il faut agir trop de mains tremblent encore.

    Nous ne pouvons pas d’un côté alerter sans cesse les citoyens sur la gravité des changements climatiques et leur demander de réduire leur consommation d’eau, et de l’autre proposer des divertissements, des activités ludiques qui sont des gouffres énergétiques et grands consommateurs d’eau. Ces installations, même temporaire, ont un impact négatif sur nos conditions de vie dans les années à venir !

    Pour celles et ceux qui trouveront dommage que les enfants n’aient plus de quoi s’amuser au marché de Noël, EELV rappelle que des alternatives existent pour animer ces marchés, que le temps de la responsabilité est venu et avec lui celui des actes cohérents dont le premier serait l’abandon de ces projets d’animation incompatibles avec les enjeux climatiques actuels.

     

    *reconnaissons à Montbéliard d’avoir fait l’effort d’utiliser l’eau de la piscine d’été.

  7. Canons à neige à Métabief : irresponsable, honteux et indécent

    Nous aurions pu croire à une fake-news mais malheureusement ce n’en est pas une. À Métabief on teste des canons à neige en vue de la saison de ski alors que le Haut-Doubs et ses habitants souffrent encore de la sécheresse. Dans tout le département, l’arrêté sécheresse est toujours en vigueur, les restrictions d’eau aussi. Plus de 35 communes soit plus de 13700 habitants ont été ravitaillées en eau potable par citerne au cours des dernières semaines.

    C’est irresponsable, honteux et indécent.

    Tester des canons à neige en période de sécheresse c’est un peu comme allumer un feu au risque de détruire la forêt, tout simplement de l’inconscience.

    Nous savions que les canons à neige n’étaient en rien une situation d’avenir et encore moins maintenant. EELV s’est toujours opposé aux canons à neige symbole d’une gabegie environnementale et financière, nous n’avons cessé de répéter qu’avec le réchauffement climatique l’or blanc est une chimère pour le Haut-Doubs. Développer le tourisme dans le Haut-Doubs oui, mais un tourisme vert et durable.

    L’eau est un bien précieux de l’humanité, elle est à la source de toute vie sur terre et conditionne son avenir. A l’instar de l’air, elle ne peut et ne doit pas être considérée comme une marchandise. Pour Europe Écologie Les Verts, l’eau est un bien commun qui ne doit pas être soumis aux intérêts lucratifs.

    Quelle est la valeur de cet arrêté sécheresse, si n’importe qui peut l’enfreindre sans sanction ?

    David Cormand secrétaire national Europe écologie les verts

    Cécile Prudhomme et Philippe Chatelain co-secrétaires régionaux Europe écologie les verts

  8. réponse à l’appel à engagement de l’Associatioon vélo Besançon

     

    Ci dessous la réponse distribuée par les élus municipaux de l’intergroupe suite à l’appel à engagement que les élus municipaux avaient reçu de la part de l’Association vélo Besançon. Vous pouvez lire la lettre d’engagement ici : https://asso.velobesancon.info/appel-a-engagement/

     

    Mesdames, Messieurs membres des associations Vélos Besançon, Velo-Campus, France Nature Environnement, zéro déchet Besançon, trivial compost, CPEPESC, le collectif Alternatiba et de la Pive.  

    Nous avons bien reçu votre courrier du mercredi 7 novembre 2018 concernant l’appel à engagements contre les changements climatiques.

    Le dernier rapport du GIEC relatif au dépassement du seuil de 1,5°C de réchauffement global ainsi que celui du WWF sur l’érosion massive de la biodiversité, viennent s’ajouter aux nombreuses études qui, depuis le club de Rome sonnent l’alarme. Ils imposent le constat suivant : il y a urgence à agir face à l’effondrement écologique en cours.

    C’est précisément parce que cette urgence nous impose l’action que rassemblés en intergroupe, les élu-e-s que nous sommes, agissons au quotidien pour rendre cette ville plus écologique, plus solidaire, plus résiliente.

    Nous notons d’ailleurs avec satisfaction que vous considérez que la commune de Besançon et l’agglomération du Grand Besançon agissent en faveur de la réduction des rejets de gaz à effet de serre, qu’elles ont investi dans les économies d’énergie , le développement des énergies renouvelables, qu’elles développent des lignes de transport en commun (tram, TCSP) et qu’elles inaugurent chaque année des kilomètres de pistes cyclables.

    Ces réalisations sont les fruits de notre engagement.

    Les projets que vous décrivez sont ceux que nous portons. Au delà des propositions que vous formulez, nous souhaitons attirer votre attention sur des réalisations politiques majeures qui positionnent notre territoire comme engagé dans la transition énergétique et écologique :

    – Développement de la redevance incitative qui a permis une baisse significative des déchets résiduels

    – Amélioration continue de notre politique énergie et déploiement d’objectifs énergétiques ambitieux reconnus internationalement par l’attribution du label « European energy award gold » en 2012 et 2017

    – Actions très volontaires en faveur de la biodiversité (éco-pâturage sur les collines, gestion de la forêt, création d’espaces propices aux pollinisateurs, jardins partagés, démarche zéro-phyto dans les espaces verts…)

    – Obtention du statut de capitale française de la biodiversité en novembre faisant de notre ville un modèle à suivre en matière de gestion des espaces naturels

    – Politique exemplaire autour la protection de nos ressources en eau avec la mise en place d’une tarification responsable et durable

    – Politiques de compostage ayant permis de diviser par 2 le poids des biodéchets dans les ordures ménagères entre 2009 et 2018

    – Décision de fermer un des deux fours de l’usine de valorisation énergétique en 2021

    – Soutien à la monnaie locale « la pive » depuis sa création

    – Multiplication du réseau cyclable par 9 depuis 2001 et du nombre d’arceaux vélo par 10

    – Mise en place de gouvernances participatives pour le renouvellement de schémas structurants (forêt bisontine, stratégie cyclable et piétonne)

    – Vœux du conseil municipal de Besançon et de l’agglomération du Grand Besançon appelant à des accords internationaux pour le climat, ambitieux, contraignants et équitables …

    Bien entendu, d’autres projets moins ambitieux, voire incohérents nous ont amenés à nous abstenir voire à voter contre.

    Pour le budget 2019, nous allons porter encore plus fortement des propositions autour des valeurs qui doivent nous rassembler.

    Vous l’aurez compris, nous œuvrons quotidiennement dans nos différentes délégations et les résultats produits en sont la démonstration. Nous partagerons l’impératif d’amplifier notre action.

    Agir au quotidien c’est notre engagement d’élu-e local-e comme celui de prévoir l’avenir pour l’intérêt général. Engagés nous le sommes et nous le resterons. Mobilisons nos forces pour agir ensemble et amplifier l’efficacité de nos actions respectives.

    Dans cet état d’esprit, nous vous invitons à contribuer à l’initiative lancée par l’Espace de Dialogue des Gauches et de l’Ecologie que nous soutenons visant à la construction d’une alternative sociale et écologique pour l’agglomération de Besançon 2020. Vous pouvez inscrire vos propositions sur la plateforme dédiée www.decidons-besancon.com. Elles pourront ainsi être mises en débat et enrichir notre réflexion collective.

    En vous remerciant pour votre attention, nous restons à votre disposition pour continuer ces échanges.

    Les élu-e-s de l’intergroupe EELV, PC, 2 PS et société civile

    Anne-Sophie Andriantavy, Thibaut Bize, Emile Briot, Claudine Caulet, Clément Delbende, Cyril Devesa, Elsa Maillot, Jean-Sebastien Leuba, Christophe Lime, Françoise Presse, Anthony Poulin, Anne Vignot.

  9. Fiscalité diesel : pas d’écologie sans justice sociale

    Le mouvement du 17 novembre est l’expression d’une colère nourrie par un sentiment d’injustice que nous entendons d’autant que les principaux pollueurs : aviation, transports routiers sont exonérés de taxes. EELV n’appelle pas pour autant aux manifestations. En effet, la fiscalité écologique est un outil indispensable pour lutter contre le changement climatique, la pollution de l’air qui fait 48 000 décès/an et qui coûtent des milliards d’euros chaque année. La fiscalité carbone est utile et nécessaire à condition d’être juste : il n’y a pas d’écologie sans justice sociale, ni de justice sociale sans écologie. Notre écologie refuse d’opposer la menace de la fin du monde à la crainte de la fin du mois. Si elle doit inciter au changement de comportement, la fiscalité écologique doit être redonnée aux citoyens, notamment les plus modestes, pour se déplacer facilement et autrement qu’en voiture individuelle.

    Le choix actuel du Gouvernement est socialement et écologiquement irresponsable. Seulement 19% de la fiscalité carbone seront fléchés sur la transition énergétique : ce sont les plus vulnérables qui ressentent le plus violemment la hausse du prix du carburant, et sans financement sur les transports non polluants, la fiscalité ne fera pas baisser les émissions de CO2.

    Pour répondre à l’urgence sociale, climatique et sanitaire, Europe Écologie – Les Verts propose :

    – l’utilisation de 100% des recettes de la fiscalité carbone pour la transition des déplacements, l’isolation des bâtiments et le développement des énergies renouvelables

    – la fiscalisation du kérosène et du fioul lourd actuellement subventionnés par l’État

    – l’accompagnement des plus fragiles par le doublement du chèque énergie, de la prime à la conversion automobile sur des véhicules propres et d’une prime mobilité ciblée sur les transports en commun et la voiture partagée.

    – Un moratoire sur les nouveaux équipements routiers et l’étalement urbain.

    – Stopper les investissements dans l’extraction des ressources fossiles.

  10. David Cormand au chevet du Doubs

     

     

    Ce mardi 6 novembre, David Cormand, le secrétaire national d’Europe Écologie les Verts, avait choisi le Haut-Doubs pour constater les dégâts de la sècheresse et évoquer l’urgence dans laquelle se trouve notre planète. Il était accompagné par Catherine Hervieu, candidate EELV aux élections européennes, ainsi que par une équipe de militants menée par la cosecrétaire régionale de Franche Comté, Cécile Prudhomme et nos amis les Verts Suisse de Neuchatel.

    À Villers le lac, première étape de tout un périple qui suit ce qui reste de la rivière Doubs, l’assemblée contemple avec stupéfaction un paysage asséché. Où est passé le lac de Chaillexon ? Un début de prairie herbeuse est en train de pousser là où passaient des bateaux remplis de touristes se rendant au Saut du Doubs. Les barques sont échouées au bord, les falaises paraissent encore plus hautes maintenant que l’on voit leur embase. On peut passer  en Suisse à pied ! D’ailleurs quatre militants et élus suisses sont venus à la rencontre de leurs homologues français pour partager leurs préoccupations. Certes, il y a le manque de pluie. Mais en 2003, lors d’une précédente canicule, le lac n’avait pas disparu. Il y a forcément d’autres causes, liées à l’aménagement du territoire, avec une urbanisation excessive et la destruction des milieux naturels, notamment des zones humides.

    Tout le monde repart pour se rendre au défilé d’Entre Roches, où l’eau du Doubs a totalement disparu. Les gens se sont amusés à construire des petits tas de pierres, semblables aux cairns bretons, au milieu du lit de la rivière à sec. Il ne subsiste même pas une flaque d’eau. Pascal Reilé, un hydrogéologue bien connu en Franche-Comté, explique avec photos à l’appui, le phénomène des pertes de Doubs, propre au relief karstique. L’eau s’engouffre dans des failles et circule en sous-sol pour ressortir dans la Loue. Lorsque le niveau de l’eau est bas, la rivière disparait complètement sur des kilomètres. Cette année, la population des poissons et de toute la microfaune qui vit dans ces lieux a été fortement touchée. Certains endroits sont considérés comme morts par les membres de la Fédération de pêche.

    Le circuit se continue par le barrage du lac Saint Point. Celui-ci ne remplit plus son rôle de régulation, il est devenu vétuste. Le niveau du lac a baissé de manière importante, mais ce qui est plus préoccupant, c’est sa pollution. Or, il approvisionne en eau potable 14 communes ainsi que la ville de Pontarlier. Le problème est lié à son collecteur qui n’est pas adapté et laisse passer les eaux parasites dans le réseau d’assainissement. Tout cela est expliqué par le garde-pêche Alexandre Cheval. Ce qu’on n’ose pas dire trop fort, c’est que les pratiques agricoles sont mises en cause. En effet, l’élevage bovin a fortement augmenté ces 15 dernières années en raison de l’explosion de la demande en fromage de Comté. Ce qui est une bonne nouvelle économique (à première vue !) n’en est pas une pour l’environnement. Les prairies naturelles sont souvent remplacées par des prairies artificielles à base « ray grass » et la pollution engendrée par les déjections animales n’est pas maitrisées.

    Le périple s’achève par une visite à la tourbière de Frasne, où nous sommes attendus par Daniel Gilbert, professeur au laboratoire Chrono-environnement de l’université de Franche-Comté. Il nous montre des appareils installés au sein de la tourbière, qui mesurent la température, l’hygrométrie, la teneur en CO2 et en méthane. Il nous apprend que la température de la tourbière a augmenté de 2,3 C° en dix ans. Or, une tourbière est un piège à carbone. Si elle ne remplit plus cette fonction, elle va relâcher du CO2 dans l’atmosphère, augmentant ainsi le phénomène d’effet de serre. Ce constat est d’autant plus préoccupant qu’il concerne de grandes régions comme la Sibérie et la Scandinavie, qui se réchauffent plus vite qu’ailleurs, et qui sont de véritables bombes à retardement de CO2.

    David Cormand, après avoir remercié tous les participants, s’en est retourné à Paris. Au même moment, la pluie commençait à tomber… Les problèmes sont posés, des solutions existent. Il est urgent de les mettre en application pour limiter les dégâts. En effet, certains sont irrémédiables, d’autres peuvent encore être jugulés. Seuls les politiques peuvent prendre ces décisions importantes. En auront-ils le courage ?

     

    Suzy Antoine

Remonter